Portraits d'engagés à l'Ufcv

Portraits d'engagés

Portraits d'engagés

  
Lénaïc Vincent
Volontaire en Service Civique

Lénaïc réalise depuis quelques mois son Service Civique en intermédiation avec l’Ufcv. Sa mission se déroule au sein d’un Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) à Rezé (44), en lien avec l’association les Mahaudieres - Initiatives Solidaires. Depuis l’annonce du confinement, sa mission a évolué pour prendre en compte les nouvelles consignes sanitaires liées au Covid-19. Elle raconte.  


En quoi consistait ta mission de Service Civique initialement ? 


Avant le confinement, je mettais en place des animations collectives dans le hall de l’établissement, lieu de vie des résident·es durant la journée. Je proposais des ateliers mémoires, des jeux de société… J’étais également chargée de préparer la salle pour les anniversaires et les séances de cinéma. Enfin, je venais en soutien aux bénévoles lors de leur présence au sein de l’établissement, c’est-à-dire 3 après-midi par semaine.


Par la suite, nous devions avec une collègue créer des partenariats pour mettre en oeuvre des animations intergénérationnelles et poursuivre la mise en place d’un outil facilitant la communication numérique entre les résident·es et leurs familles. Nous souhaitions aussi organiser des animations avec les résident·es d’un autre Ehpad situé à proximité. 


Comment as-tu réussi à adapter ta mission face à la crise sanitaire, et que fais-tu aujourd'hui pour rester utile ? 


Au début du confinement, j’ai participé à la mise en place d’appels visio entre les résident·es et leurs familles, via une tablette.

Aujourd’hui, une salariée a pris le relais et pour ma part, mon planning est fixe. Le matin et en début d’après midi, je réalise des entretiens individuels dans les chambres des résident·es : ce sont des moments d’échanges ou de jeux. De 15 h à 17 h, je mets en place des activités collectives par couloirs où chacun·e est libre de participer selon son envie. Les résident·es ont pour consigne de rester sur le pas de leur porte. Pour ma part, je m’adapte à leurs différents besoins pour que tout le monde puisse participer. 


Comment vis-tu l’évolution de ta mission ?


Avant le confinement, je montais très rarement dans les étages et ne connaissais pas tou·tes les résident·es. Après 2 mois de Service Civique environ, j’ai presque dû tout recommencer à zéro. Mais cela m’a permis d’aller à la rencontre de nouvelles personnes au sein de la résidence. Et aujourd’hui, plus que jamais, je m’adapte à leurs différentes demandes et envies !


En cette période de Pâques, nous avons à cœur de mettre un peu de gaieté dans les couloirs, même si les résident·es sont confiné·es dans leur chambre. Nous accrochons des décorations sur les portes et au plafond, et certain·es résident·es se sont aussi lancé·es dans ces bricolages !


Un grand merci et un grand bravo à Lénaïc pour son action auprès de nos aîné·es, ainsi qu’à tou·tes les volontaires en Service Civique qui s’engagent dans des missions de solidarité face au Covid-19 !