Ufcv - Actualités

Actualités

Les jeunes réalisateurs de l’Ufcv invités au FestiPREV

posté le 23 juillet 2019

Dans : Nouvelle-Aquitaine


Du 16 au 18 mai, les jeunes volontaires des centres sociaux  et services jeunesse de Beaubreuil, Ambazac et Saint-Junien (Limousin), gérés par l’Ufcv, ont participé au Festival International du film de citoyenneté, prévention et jeunesse, « FestiPREV » à La Rochelle.

Zoom sur le FestiPREV


Le Festival International du film de citoyenneté, prévention et jeunesse est issu d'un appel à projet de la communauté d'Agglomération de La Rochelle et coordonné par l'association de jeunesse et d'éducation populaire Angoul'Loisirs. Le projet se décline en 3 volets :

- L’accompagnement dans la création des courts-métrages de prévention, réalisés par des jeunes.
- Durant 3 jours, la projection gratuite des films locaux et internationaux dans une salle de cinéma de La Rochelle, où les jeunes peuvent découvrir leurs films sur grand écran et ont l’opportunité de présenter et d’échanger autour de leur réalisation.
- L’installation d’un village de la citoyenneté avec animations sportives, culturelles et musicale, qui font la part belle à l'engagement de la jeunesse.

Pour la quatrième année consécutive, des centaines de jeunes de structures sociales ou encore d’établissements scolaires se sont lancés dans la création de leur court-métrage !

Action !


C’est donc dans la peau de véritables cinéastes que les jeunes de Beaubreuil, Ambazac et Saint-Junien souhaitant participer au projet FestiPREV ont choisi il y a quelques mois les thèmes du harcèlement sexuel, du harcèlement scolaire et de l’alcoolisme pour leur film de prévention. 

Avec l’aide de leurs animateurs·trices, ils ont mené à bien ce projet pendant un an ; rédigeant leur scénario, filmant et montant leur propre court-métrage à soumettre au jury du festival au 31 mars. Ils ont également pu compter sur l'accompagnement d'acteurs·trices de prévention et d'un professionnel de la vidéo !

Au final, seulement 36 films ont été sélectionnés parmi une centaine et les jeunes Haut-Viennois n’ont pas eu la chance d’en faire partie.

Direction La Rochelle


Les trois structures ont néanmoins été invitées au festival, et ont ainsi pu rejoindre plus de mille autres jeunes sur le vieux port de La Rochelle pour une journée d’exception ! 

La matinée du 17 mai, les jeunes se sont rendus sur les différents stands du village citoyen, animés par des professionnel·le·s avec qui ils ont pu être sensibilisés à la contraception ou encore à la sécurité routière. Des musicien·ne·s, des danseurs·euses et des acrobates étaient également présent·e·s pour faire le show !

L’après-midi, les jeunes ont pu accéder au cinéma pour assister à la projection de 9 films. Chaque court-métrage était suivi d’une série de questions posées par les spectateurs·trices aux jeunes réalisateurs·trices et acteurs·trices. Le palmarès fut révélé un peu plus tard pendant le festival et plusieurs prix ont été attribués : le coup de cœur du public, le coup de cœur de l’agglo, le coup de cœur Charente-Maritime Nouvelle-Aquitaine, le coup de cœur national, le coup de cœur international, le prix du jury pro, le prix du jury jeunes et enfin le prix de la citoyenneté, remis à l’ensemble des groupes de la sélection officielle. Découvrez la liste des gagnant·e·s ici.

Si les jeunes ont été un peu déçus de ne pas avoir été sélectionnés, ils sont partants pour participer à la prochaine édition de 2020. Certains réfléchissent d’ores et déjà au thème qu’ils souhaiteraient aborder dans leur futur court-métrage ! 

Une soirée de projection à Saint-Junien


En attendant la prochaine édition, nos réalisateurs·trices en herbe ont pu se retrouver le 4 juillet au Ciné Bourse de Saint-Junien pour une projection de leurs trois court-métrages. L’occasion de répondre, à leur tour, aux questions sur leurs œuvres et de prendre la parole pour présenter les fruits de leur travail, en présence du maire de Saint-Junien, d'un représentant de l'État et du Préfet régional, de la CAF et de la MSA du Limousin.

Cet article a été co-écrit par Manon Soleilhavoup, Volontaire en Service Civique à l’Ufcv. Merci à elle pour son travail.