Ufcv - Actualités

Actualités

Regards croisés sur le Service Civique

posté le 10 décembre 2020

Dans : Actualités des métiers, Bourgogne Franche-Comté


Manon, 20 ans, est volontaire en Service Civique au sein de l’EHPAD ARPAVIE L’Esperance à Dijon, en intermédiation avec l’Ufcv. Christine, 55 ans, s’est reconvertie à l’animation professionnelle il y a quatre ans et accompagne Manon dans sa mission au quotidien. Portrait croisé de deux passionnées.


Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Manon : Moi c’est Manon, j’ai 20 ans et je suis volontaire en Service civique depuis mi-octobre à l’EHPAD L’Esperance de Dijon, pour une mission de 7 mois en animation ! J’ai passé mon diplôme d’animatrice, le BAPAAT Loisirs tout public en 2020.

Christine : Je m’appelle Christine, j’ai 55 ans et je suis animatrice. J’ai fait une reconversion professionnelle il y a 4 ans car je ne me plaisais plus dans mon job de caissière aux Galeries Lafayette ! Suite à un bilan de compétences, je suis donc retournée sur les bancs de l’école pour obtenir une certification d’animatrice en gérontologie. J’ai eu la chance de trouver un poste tout de suite, et j’adore mon boulot !

Manon, qu’est-ce qui t’a amenée à te lancer dans le Service Civique ? 

Plusieurs personnes dans mon entourage en ont fait un et m’ont dit que c’était une expérience gratifiante : je voulais donc essayer avant de me lancer dans la vie active ! La mission proposée me correspondait parfaitement aussi, puisque j’ai travaillé 2 ans en EHPAD.

Justement, en quoi consiste ta mission ?

Je suis animatrice au sein de l’EHPAD. Avec le Covid-19, c’est un peu particulier... Nous ne proposons plus d’animations collectives, mais des animations individuelles dans les chambres. C’est un peu dommage, parce qu’on ne peut pas vraiment créer une dynamique de groupe, mais ça a aussi ses avantages : ça permet de passer du temps avec chaque personne et d’apprendre à les connaître !

Pour garder les liens malgré la situation sanitaire, nous avons créé un petit journal en interne avec des jeux, des informations, la météo, le menu, un dicton… On le diffuse chaque semaine et parfois, pendant nos visites avec les résidents, on le lit et on joue aux jeux ensemble ! C’est aussi un moment où nous discutons avec eux, où ils peuvent nous faire des demandes particulières... Nous avons également mis en place un système d’appels visio ou téléphoniques avec les familles, pour que les résidents puissent maintenir le contact avec leurs proches !


Christine, est-ce la première fois que tu es tutrice ?

Non, j’ai déjà eu une première expérience assez négative il y a 3 ans avec un autre organisme. À l’époque, j’étais en début de carrière et ce n’était pas simple d’encadrer des jeunes ! Ils étaient 4 et je n’avais pas de personne-ressource pour m’aider dans ce rôle.

Quand mon directeur m’a proposée de retenter l’expérience pour m’épauler dans la période particulière que nous vivons, j’étais hésitante au départ. Puis j’ai découvert le profil de Manon, et j’ai accepté de redonner une chance au dispositif, en intermédiation avec l’Ufcv. Je ne le regrette absolument pas !


Comment se passe votre relation tutrice-volontaire ?

Manon : Ça se passe super bien ! Il y a une bonne cohésion entre nous pour l’organisation et les animations. On s’entend très bien également. Je suis ravie de l’accueil que j’ai reçu et de mon accompagnement au quotidien. Christine se rend toujours disponible pour répondre à mes questions et m’aider, même le vendredi quand elle ne travaille pas !

Christine : C’est hyper intéressant parce Manon apporte plein de nouvelles idées ! En plus, elle a déjà eu des expériences en EHPAD. Je trouve aussi qu’on se complète bien toutes les deux. Par exemple, Manon est très manuelle, moi non ! Elle maîtrise l’outil informatique, et c’est un vrai plus, surtout dans la période que nous vivons ! Grâce à ses connaissances, on peut garder le lien avec les familles en organisation des visioconférences. Tout ça est très intéressant pour moi, et j’espère lui apporter des choses aussi ! En tout cas, nous avons de beaux échanges !

 

Christine, toi qui avais des appréhensions, est-ce que tu serais prête à être tutrice de nouveau ?

Ah oui, sans doute, cette expérience avec Manon m’a redonnée confiance dans cette approche-là !

 

Comment la mission de Manon est-elle perçue par les résidents ?

Manon : Les résidents découvrent le Service Civique avec moi, car je suis la seule volontaire de la structure. Mais pour eux, je suis avant tout une animatrice à part entière car je fais le même travail. En tout cas, j’ai été bien accueillie !

Christine : C’est bien quand on a des jeunes ! Ils nous apportent beaucoup, c’est une bouffée d’air frais ! Manon a été adoptée tout de suite par nos résidents. On va la garder peut-être… ;)

 

Le mot de la fin ? 

Manon : A toutes les personnes qui hésiteraient à faire un Service civique : lancez-vous ! C’est une expérience très enrichissante pour la vie professionnelle et personnelle. Ca conforte les choix qu’on a pu faire, ou alors permet de se rendre compte que ce n’est pas forcément là-dedans qu’on s’épanouit le plus. C’est aussi un bon moyen d’acquérir de nouvelles compétences !

Christine : Je pense que tout le monde a droit à « une chance ». Les jeunes sont souvent laissés de côté, parce qu’ils n’ont pas d’expérience. C’est bien de leur donner leur opportunité de se créer de l’expérience justement ! Je pense que leur montrer ce qu’il se passe en EHPAD est aussi important, même si c’est difficile parfois. Ca forge une belle expérience pour un départ dans la vie !