Portraits d'engagés à l'Ufcv

Portraits d'engagés

Portraits d'engagés

  
Hamid Fares
Formateur Bafd et directeur de séjours de vacances

Pouvez-vous présenter en quelques mots ?

J’ai 43 ans, je suis assistant de service social au sein du CCAS de la ville de Strasbourg, je m’occupe des familles mal-logées et en grande précarité.
Je suis passionné tant par mon métier que par mon engagement associatif dans l’animation.
Je suis un passionné !

Comment avez-vous découvert l’Ufcv

J’y suis venu de fil en aiguille, dans le cadre d’une reconversion. Avant j’étais dans la finance et la comptabilité. J’ai voulu me diriger vers les métiers socio-éducatifs, je me suis réengagé dans des études de sociologie plus en cohérence avec cette ambition, tout en m’engageant parallèlement dans des actions caritatives humanitaires.
Le domaine de l’animation m’intéressait et c’est par mon frère qui était formateur Bafa à cette époque à l’Ufcv, que j’ai eu l’occasion de passer le Bafa, cela a été ma porte d’entrée à l’Ufcv.
J’y ai fait mon cursus complet et c’est assez naturellement, après quelques années d’expériences, qu’il m’a été proposé de devenir formateur Bafa, puis directeur de session.
À cette époque, l’Ufcv a cru en moi et a financé ma formation Bafd me permettant d’encadrer des formations. J’ai encadré en parallèle des séjours de vacances pendant près de 8 ans et je continue encore. J’ai toujours l’envie de continuer.

Comment se traduit votre engagement au sein de l’Ufcv

De manières multiples, j’encadre des stages Bafd, et j’encadre au moins un séjour de vacances par an, malgré mon peu de temps et de congés. C’est pour moi une passion, comme une bulle d’oxygène.
Je m’y engage avec plaisir, j’ai eu l’occasion d’ailleurs d’encadrer de nombreux séjours à l’étranger, cet été par exemple je suis parti sur un séjour Ufcv Canada/États-Unis.

Quel est votre meilleur souvenir d’engagé

Ce n’est pas un souvenir, mais plutôt un ressenti que j’ai envie de partager : ce qui me donne envie de poursuivre, ce sont les visages réjouis des jeunes avec lesquels je partage ces moments d’échange et de découverte.
Des visages de jeunes qui s’enrichissent au contact des uns et des autres, qui découvrent de nouveaux horizons et au-delà de ça, ce sont aussi les visages de jeunes en devenir qui sont fiers d’avoir réussi leur session Bafa.
Le sentiment d’être utile et de concourir au bien-être des jeunes et à leur ouverture sur le monde.

Que trouvez-vous dans cet engagement

J’y ai énormément appris sur moi-même, cela m’apporte en développement personnel. Un enrichissement inestimable et non quantifiable. On apprend de soi au contact des autres.

Au-delà de cela, ce que j’ai apprécié, c’est la confiance que l’Ufcv m’a accordé. On m’a permis de prendre des responsabilités, et c’est une chance dans mon parcours de bénévole qui m’a énormément apporté et fait grandir.
J’ai développé une forme d’attachement et de fidélité à l’Ufcv. Je conçois l’engagement sur le long terme et suis très attaché à l’Ufcv, pour moi l’engagement fait l’histoire de l’association. Je ne me vois pas quitter l’Ufcv, et j’y suis bien depuis 20 ans.


Que diriez-vous à quelqu’un pour qu’il nous rejoigne

Venir à l’Ufcv, c’est faire plaisir et se faire plaisir, c’est un engagement à double sens qui vous nourrit.

Je vis l’Ufcv comme une très belle aventure humaine. C’est pour moi un vrai lieu de rencontre avec des individus de toute classe sociale, de toute origine, rassemblés par l’envie de s’engager au nom de l’éducation populaire et du vivre ensemble.
J’y ai rencontré de belles personnes, des « pairs » qui m’ont transmis énormément de choses en termes de compétences, réflexion ou pédagogie. Ils m’ont permis de conforter mes convictions, d’agir et d’apprendre à fédérer autour d’un projet.

L’Ufcv est un lieu d’engagement, de réflexion, de convivialité, d’expérimentation, de transmission, d’intelligence collective…

Et pour conclure, je dirais « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».